Je vous présente mon deuxième roman

Tadaaaa !

Il paraît en avant-première fin décembre chez France Loisirs !

Je suis vraiment très heureuse de cette nouvelle collaboration avec le club. Je garde de très bons souvenirs de mes dédicaces en boutique. Voici donc la couverture qu’ils m’ont concoctée. N’est-elle pas alléchante ?

Et spécialement pour vous, abonnés de mon blog, voici la quatrième de couverture (je n’ai pas encore communiqué sur le sujet de mon roman ailleurs).

Sur le point de quitter sa salle de sport, tard le soir, Léa, parisienne de 33 ans, entend l’appel au secours d’une femme, enfermée dans les toilettes du sous-sol. Léa cherche une solution, mais la prisonnière s’impatiente, jusqu’à en devenir odieuse. Et s’il y a bien une chose que cette jeune graphiste ne supporte pas, ce sont les incivilités du quotidien. Sous le coup de la colère, Léa part sans se retourner. Le lendemain, la femme est retrouvée morte…

Léa se retrouve au cœur d’une machination diabolique mais c’est sans compter sur Rodolphe, policier chargé de l’enquête, qui, entre un petit garçon mutique et une ex-conquête rancunière, a fort à faire dans sa vie privée.

Voilà. Colère assassine paraîtra ensuite au mois de juin en librairie aux éditions De Borée (avec une autre couverture puisque celle-ci est celle réalisée spécialement pour les lecteurs France Loisirs).

Une nouvelle aventure commence… je suis aux anges.

 

Trois bonnes raisons de lire le dernier roman d’Olivier Liron.

  1. C’est à la fois drôle, émouvant et original.
  2. C’est un roman idéal pour passer un bon moment. Il peut se lire d’une traite.
  3. C’est le seul livre où vous pourrez lire (s’agissant de Julien Lepers) : Julien tel un sanglier en rut qui se débattrait avec une femme de petite vertu à la pilosité rousse…

4e de couverture :

« Je suis autiste Asperger. Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. Je vais vous raconter une histoire. Cette histoire est la mienne. J’ai joué au jeu télévisé Questions pour un champion et cela a été très important pour moi. »

Nous voici donc en 2012 sur le plateau de France 3 avec notre candidat préféré, Olivier Liron lui-même, fort occuper à gagner ; tout autant à nous expliquer ce qui lui est arrivé.
En réunissant ici les ingrédients de la confession et ceux du thriller, il manifeste une nouvelle fois avec l’humour qui est sa marque de fabrique, sa très subtile connaissance des émotions humaines.

Einstein, le sexe et moi d’Olivier Liron /Alma Éditeur /193 pages, 18 euros

Retrouvez ici, la critique d’une (vraie) blogueuse littéraire (pas comme moi).

Des dédicaces aux petits oignons

La semaine dernière, j’ai fait deux dédicaces. Pour la première fois, elles avaient lieu chez France Loisirs. Le jeudi, à la boutique de la rue de Rivoli à Paris, le samedi, à la boutique des Ulis.

Ma vie d’auteur ne fait que débuter mais je peux vous dire que ces instants sont d’ores et déjà inscrits dans les annales de mes meilleurs souvenirs de dédicace.
Les équipes de France Loisirs sont époustouflantes. L’accueil qui m’a été réservé a été formidable. Boisson, papote, petits gâteaux, tout a été fait pour que je me sente à l’aise. Pour un peu, je me serais prise pour une super star. Lire la suite

Amuse-bouche de Stéphane Carlier

Ce roman est un pur régal !

Il ne suffit à l’auteur que de quelques pages pour plonger le lecteur dans une situation totalement ubuesque. Imaginez un peu… Julien, conseiller des Affaires étrangères, beau gosse ambitieux, vit une histoire avec Pauline, une superbe assistante parlementaire. Un soir, il lui écrit un sexto (vraiment très sexe… ) qu’il envoie par erreur à un diplomate chevronné à deux ans de la retraite… Vous voyez le tableau ?
L’épouse du diplomate, Marie-Ange (personnage criant de vérité), va se mettre dans la tête d’enquêter sur les infidélités de son mari, et c’est souvent quand on fouille qu’on trouve… je ne peux pas vous dire ce qu’elle va trouver sans spoiler la lecture, mais c’est savoureux, délectable et rocambolesque (mais tellement crédible).

Amuse-bouche est un roman drôle, fin et d’une écriture si fluide que vous refermez le livre sans même avoir pris conscience d’avoir tourné les pages. Pourtant, qu’on ne s’y trompe pas. Écrire une comédie est un exercice très difficile et Stéphane Carlier, avec ce cinquième roman, est passé maître en la matière. Enfin pour moi, il est désormais une référence. Le titre (qui m’a semblé avoir un double sens) pourrait en être affublé d’un troisième. En lisant le roman ma bouche n’a cessé de faire des « Ah ! », des « Oh ! », de sourire, de rire, de s’exclamer « Han, naaan ! », « Rhooh, c’est pas vrai ! », « Oh, la vache ! », bref, de s’amuser. C’est pourquoi il ne me reste plus qu’à vous donner trois conseils (qui sont bien sûr uniquement inspirés par mon ressenti et mes goûts personnels) : Lire la suite

La dédicace en supermarché : rien ne m’arrête !

Bien, bien, bien…

Après avoir testé la dédicace en hypermarché et samedi dernier celle en supermarché, je peux vous dire que le supermarché, c’est beaucoup plus difficile.

Je referai peut-être une dédicace en hypermarché, en revanche le supermarché c’était l’unique et seule fois. Bon, au moins j’aurai testé.

Il faut dire que la nuit précédant la dédicace, j’avais fait un cauchemar horrible ! Lire la suite