Adieu ma Titine

Oui, je sais. C’est ridicule. Vous avez été quelques-unes à me le faire comprendre. « Hey, Stef, ce n’est qu’une bagnole ! » Alors oui, je sais bien, mais quand même, dix années qu’on faisait équipe, ce n’est pas rien. Avec Titine, j’ai sillonné toutes les routes d’Ile de France quand j’étais décoratrice, je me suis abritée de la pluie, j’ai déjeuné, gouté, dîné, lu, écrit, téléphoné. Je suis partie en vacances. Je me suis cachée, couchée sur les sièges avant, lorsqu’au troisième sous-sol de ce parking de la Madeleine, j’ai vu le mari d’une amie rouler des gros patins à une femme qui n’était pas mon amie. Avec Titine, j’ai rencontré des auto-stoppeurs (dont un mec déguisé en père Noël). J’ai eu des conversations improbables avec des collègues, des amis. J’ai gagné dix fois the Voice en chantant à tue-tête. Elle ne m’a jamais dit que je chantais comme une casserole. Elle ne m’a jamais fait de sale coup, et la seule fois où elle s’est sentie faible, elle a quand même donné son maximum pour capoter à deux-cents mètres de la maison et ne pas me laisser en rade sur la nationale. Avec elle, j’ai aussi vécu le pire, le jour où cet écureuil suicidaire s’est jeté sous nos roues et qu’on a failli emplafonner un arbre de plein fouet pour l’éviter. Alors oui, je sais, ce n’est qu’une bagnole mais quand j’ai dû me séparer d’elle il y a quelques jours, j’ai eu le cœur bien gros. Lire la suite