La nuit, je mens de Cathy Galliègue

Mathilde est en couple avec Gaspard, un homme  idéal, qu’elle pense être celui de sa vie, mais Guillaume, son premier amour décédé quelques temps plus tôt refait surface la nuit, dans ses rêves. Dès lors, Mathilde se cherche : où est sa vie ? Dans le regret d’un amour défunt ou dans le présent qui lui tend les bras ? Mathilde tangue dangereusement entre rêve et réalité jusqu’à se perdre aux confins de la folie. Lire la suite

Un post qui m’a fait vraiment plaisir sur le blog La Toile Cirée

Sam a huit ans, il vient de mourir. Sam était la prunelle des yeux de sa mère, Colette. Il était aussi son coeur, sa chair, sa vie. Elle ne tenait debout que par lui, à travers lui, les bras et tout son être de mère, aussi entière que morcelée par sa vie de misère, tendus vers son petit garçon.

Faut dire que rien ne lui avait été épargné. Elle s’était résignée à vivre auprès d’un mari dont personne ne voudrait, un colosse taciturne et repoussant, une bête presque. Réduite à l’état de domestique au service de François, elle encaisse sans broncher pour que surtout le monstre ne se mette pas en colère et que la colère ne s’abatte pas sur Sam. 

Nous sommes au coeur d’un village du Morvan, au début des années soixante, et nous entrons dans l’existence d’une femme sans histoire, une femme qui se tait, comme tout le monde.

Lire la suite sur le blog La Toile Cirée