Le désamour

paris-de-nuit

Je l’ai tellement aimée si vous saviez. J’aimais tout d’elle. Elle pouvait se montrer douce et silencieuse ou rouge de fureur prête à cracher des torrents de haine, j’aimais toutes ses saisons. Nous avons vécu longtemps ensemble. Pendant trente-six ans, nous avons partagé l’exaltation et la tristesse, le printemps et la pluie. Trente-six années c’est une enfance et une adolescence. C’est aussi une vie d’adulte. Ça laisse le temps d’apprendre l’autre, d’appréhender ses qualités et ses petits travers. J’étais si amoureuse que je la voyais toujours sous son meilleur jour même quand ils étaient gris. J’aimais la sentir. J’aimais être avec elle et passer des heures la nuit à arpenter le pavé des rues. Naïvement, je pensais qu’elle n’appartenait qu’à moi, que j’étais la seule à la connaître si parfaitement.

Lire la suite