Des nouvelles de Madame La Boulangère

Voici une nouvelle qui ne va pas réjouir ceux qui aiment la production de notre petite boulangère : la livraison du nouveau pain prévue au printemps prochain n’aura sans doute pas lieu.

(Je conçois que ce message puisse paraître sibyllin à ceux qui ne sont pas abonnés à mon blog. Pour une session de rattrapage, le dernier article relatif aux aventures de Madame La Boulangère est ici. D’une manière générale, vous pouvez retrouver tous les articles relatifs à « Mon odyssée » dans la catégorie du même nom).

Cette parenthèse étant fermée, retournons à nos miches (de pain, hein !) Voilà plus de quatre mois que notre boulangère n’a pas été livrée en farine. Les clients continuent pourtant de se présenter à la porte de son petit commerce, mais la porte est close, puisque sans farine, Madame La Boulangère ne peut fabriquer son pain. Éconduire des clients, c’est vraiment frustrant, surtout quand on a travaillé comme elle l’a fait.

Lire la suite

On ne gagne pas une course sans tomber

Souvent, il arrive dans la vie que les choses ne se passent pas toujours comme on les avait imaginées. Ceux qui me suivent de près connaissent le challenge que je me suis donné en 2015 : me consacrer entièrement à l’écriture et essayer d’en vivre (ceux qui le souhaitent peuvent retrouver tous mes articles sur ce sujet dans la rubrique Mon odyssée). Je me suis lancée dans cette odyssée en croyant être pleinement consciente de la difficulté énorme que cela représentait. En réalité j’étais loin du compte. Je suis vraiment une femme naïve. Dans mon petit esprit de moineau, j’avais imaginé que les deux plus grosses difficultés résultaient dans le fait de trouver un éditeur (les statistiques varient entre 1 à 3 % de chances d’y parvenir), et ensuite de se démarquer des milliers d’auteurs dont les livres sont noyés dans les librairies et surfaces spécialisées. Je planais à quinze mille !

Lire la suite

Mon deuxième roman va être publié !

Ces roses sont pour vous !

Je viens d’apprendre une très bonne nouvelle : mon deuxième roman va être publié ! Youpiiiiiii !

C’est en partie grâce à vous ! Quelle chance aurai-je eue d’être publiée à nouveau si vous n’aviez pas été nombreux à acheter mon premier roman ? Serais-je parvenue à l’écrire sans vos mots d’encouragement, sans vos messages enchantés qui me parlaient de « Personne n’a oublié » ? Alors merci, merci à vous tous ! Vous m’avez prodigué force et persévérance.

Je suis super contente ! Après Colette, j’ai hâte de vous faire découvrir Léa (même si j’angoisse à l’idée de vous décevoir). Bon, il va falloir patienter encore car mon éditeur a dit « Pas avant mars 2018 ». Ce qui veut dire que ça peut être mars… ou avril… ou juin…

L’aventure continue !

Une soirée de lancement formidable

Le 2 février dernier, c’était pour moi une grande première. La librairie Le Divan avait la grande gentillesse de m’accueillir pour la soirée de lancement de mon premier roman Personne n’a oublié. Cette soirée restera pour moi un moment inoubliable.

D’abord il y avait beaucoup de monde (enfin j’ai eu le sentiment qu’il y avait beaucoup de monde mais il est vrai que je suis une personne assez solitaire donc cette notion de «monde» est sans doute relative). Des amis avaient amené des amis qui avaient amené des amis, qui avaient amené des collègues, etc.… Mes proches étaient là aussi. Je me suis sentie vraiment soutenue, et cela m’a fait chaud au cœur car pour ceux qui me suivent, vous vous souvenez que lorsque je me suis lancée dans cette aventure ce n’était pas vraiment ça (voir mon post sur l’auteur et les siens de mai 2016).

Lire la suite

L’auteur et les siens (en l’occurrence les miens !)

One bright color smiling pencil among bunch of gray sad pencils

Dans mon dernier post relatif à mon odyssée, j’ai évoqué succinctement les réactions de mon entourage suite à mon choix d’arrêter mon activité professionnelle pour écrire.

Je veux revenir brièvement sur ce sujet.

Il est clair que ma décision n’a pas fait l’unanimité. Tant s’en faut. Moi j’étais heureuse, contente de ce nouveau challenge, et surtout ravie à l’idée, qu’enfin, j’allais tenter de réaliser mon rêve. Je me disais que même si j’échouais, au moins je pourrai le moment venu, me retourner sur ma vie et me dire que j’aurai essayé. Mais mes proches ne l’ont pas vu du même œil et les commentaires désobligeants sont allés bon train : donc tu ne vas plus gagner de fric ? Et alors tu ne comptes plus travailler ? Mais à part ça, tu vas faire quoi de sérieux ? Tu as autant de chances de réussir que de devenir Miss France ! (cette dernière réflexion étant plutôt due à mon âge – 47 ans -, qu’à ma silhouette… quoique…)

Lire la suite