Julien Doré (en vrai)

Quel mec ! Je ne savais pas que Julien Doré possédait un tel charisme !

La semaine dernière, une copine s’est retrouvée avec une place en trop pour le concert de Julien Doré. Je me suis tâtée un peu mais pas trop longtemps car j’aime bien cet artiste. J’aime sa musique et les paroles de ses chansons. J’aime bien le bonhomme aussi. Sa position sur l’environnement et les animaux, sa modestie.

C’est comme ça que je me suis retrouvée dans la fosse du Zénith d’Orléans. Erreur de casting, me suis-je tout de suite dit, car à vue de nez, la moyenne d’âge sur le parterre ne dépassait pas les 27 ans à part quelques brebis égarées comme moi. Et très honnêtement je me suis demandé si j’allais tenir aussi longtemps debout, à faire du surplace dans la foule.

Lire la suite

L’émotion intacte

20160717_102925

Enfin ! Je suis allée voir l’exposition « L’intensité d’un regard » sur Paula Modersohn-Becker qui est actuellement visible au MAM (Musée d’Art Moderne de Paris). Ceux qui suivent ce blog savent que je souhaitais y aller depuis que j’ai lu, il y a quelques mois, le livre de Marie Darrieussecq : Être ici est une splendeur.
Voilà c’est chose faite.

Lire la suite

De drôles de filles, coquines et décomplexées…

LES-COQUETTES_3302928201183220822

Elles sont trois. Elles sont gonflées. Elles sont belles. Elles sont pleines d’énergie : Les Coquettes.

Hier soir, la salle du Grand Point Virgule était enthousiaste. Et moi aussi. Voilà un spectacle plein d’humour duquel on ressort le sourire aux lèvres. Mêlant chansons et sketches, les Coquettes parlent de tout, et parfois très crûment, sans jamais tomber dans la vulgarité. Le public rigole. Même quand on lui parle de pédophilie ou d’excision. Les Coquettes se permettent tout. Leur langage est fleuri et, à attendre certains gloussements masculins dans la salle, très imagé. Pendant une heure quinze de spectacle, on oublie l’inconfort de la salle, les banquettes étroites et le peu de place pour les jambes. Leurs voix de sirènes subjuguent. Derrière leur talent fou se cachent certainement de très grandes bosseuses. Le show est millimétré. Chants en chœur et gestuelles chorégraphiées jusqu’au bout des doigts. À voir absolument.

En sortant de la salle, je me suis dit que dans certains pays, ce spectacle n’aurait pas pu exister. Les Coquettes sont des femmes libres, épanouies, féminines et féministes. J’ai pensé à ma chance de vivre ici. Pourvu que ça dure.