La semaine dernière, je suis passée sur France Inter !

Peut-être étiez-vous déjà au courant car j’ai partagé cette information sur Twitter et ma page Facebook il y a déjà quelques jours. Bon alors voilà, je suis passée à la radio pour la première fois. En m’entendant, j’ai trouvé ma voix très bizarre (pour tout vous dire, je l’ai trouvée masculine. Ô surprise ! J’étais persuadée d’avoir le timbre mélodieux d’une hôtesse de l’air) et puis pour ce qui est de ma photo (celle qui se trouve sur le site de France Inter)… on repassera.
Ce résultat n’est certainement pas la faute de Julie Pietri, la journaliste, mais c’est simplement dû au fait que lorsque l’on se fait photographier avec une vieille chemise sur le dos, sans maquillage ou presque, et dans son propre jardin en bazar, il ne faut pas s’étonner. Bon j’ai quand même une excuse : il y a quelques mois, je me suis rendue sur une chaîne de télévision (TV FIL 78, une chaîne locale) qui avait eu la gentillesse de me proposer de parler de mon livre. J’avais mis presque deux heures à choisir mes vêtements, mes boucles d’oreilles, mon maquillage. Tout ça pour… 53 secondes de reportage dont à peine 12 secondes où on voyait ma tête. Je m’étais trouvée ridicule. Voyez, je me suis sentie comme si j’avais mis quatre heures à me préparer pour un homme qui m’aurait posé un lapin. Du coup, je me suis dit, cette fois, c’est de l’audio, on ne m’y prendra plus. Je n’ai même pas pensé qu’il pourrait y avoir une photo de moi sur le site de France Inter (pas même au moment où Julie prenait la photo, c’est vous dire si parfois j’oublie de connecter mes neurones).

Enfin, tout ça n’est pas grave. Je ne suis pas actrice de cinéma, hein ? (La preuve c’est que je ne suis pas douée non plus pour les selfies – je n’en fais jamais). L’essentiel c’est que le reportage reflète bien mon parcours et que l’on m’ait laissé la possibilité de rester moi-même. Merci France Inter, et merci Julie Pietri.

Si vous voulez écouter ma grosse voix, c’est ici !

N'hésitez pas à donner votre avis sur ce texte !