La dédicace en supermarché : rien ne m’arrête !

Bien, bien, bien…

Après avoir testé la dédicace en hypermarché et samedi dernier celle en supermarché, je peux vous dire que le supermarché, c’est beaucoup plus difficile.

Je referai peut-être une dédicace en hypermarché, en revanche le supermarché c’était l’unique et seule fois. Bon, au moins j’aurai testé.

Il faut dire que la nuit précédant la dédicace, j’avais fait un cauchemar horrible !J’étais assise à ma table, stylo en main et sourire aux lèvres mais les allées du magasin étant assez étroites, ma présence gênait le passage des clients avec leurs caddys. À l’heure de pointe, j’étais devenue si encombrante qu’un bouchon s’était formé faisant monter la tension et le stress. Les clients circulant autour du moi s’énervaient. Des paroles désobligeantes commençaient à fuser « Qu’est-ce qu’elle fout là celle-là ? » « Elle gêne, on ne peut pas passer ! » jusqu’au moment où l’un d’eux, écumant de rage s’est jeté sur moi, renversant ma table, ma chaise et tous mes livres qui ont volé dans les airs. Plaquée sur le sol ses mains serraient mon cou. J’essayais de me débattre en vain. Je me suis réveillée en sursaut et en sueur juste au moment où j’allais mourir asphyxiée. En fait j’avais mal à la gorge (le fameux mal de gorge peu intense et sans fièvre de la publicité) et cette gêne était venue s’inviter dans mon rêve.

C’est donc après une petite nuit que je suis arrivée au supermarché. J’ai été très bien accueillie par Cécile qui est gentille et souriante, sur ce point-là, il n’y a rien à dire. Absolument rien à dire non plus sur le magasin. En fait ce qui pose problème dans un supermarché c’est que les gens viennent acheter de la nourriture (vous allez me dire que je suis stupide et que j’aurai pu y penser avant). Ils viennent faire leurs courses de la semaine. Ils ont des listes. Une durée limitée. Ils accomplissent une corvée. Pourtant, aussi étrange que cela puisse paraître, mes livres sont partis plus vite que la semaine d’avant. J’ai même discuté avec de nombreuses personnes, alors quoi ?

Eh bien en fait, j’ai trouvé difficile d’être dans un environnement alimentaire… Cela m’a semblé être une abberration (même si le magasin vend des livres) d’autant plus que juste en face de moi il y avait une énorme tête de gondole promotionnelle… sur de la dinde !

Oui la semaine d’avant j’avais les casseroles dans le dos. Là c’était des tonnes de dinde de chez Loué. Le bon goût depuis toujours.

Alors sans faire un rapprochement entre la dinde et moi… avoir sous le nez toute cette viande pour moi qui n’en mange presque plus, c’était un peu difficile à vivre (même si bien sûr j’ai survécu et qu’il y a bien pire).

Samedi prochain, je teste pour la première fois la dédicace en salon littéraire. Gageons que cette fois, il n’y aura pas de dinde…

2 commentaires sur “La dédicace en supermarché : rien ne m’arrête !

N'hésitez pas à donner votre avis sur ce texte !