Jeux de clés de Dominique Marny

jeux-de-cles-dominique-marny

Jeux de clés, c’est l’histoire de Capucine et d’Octave. Elle est créatrice d’une marque de papeterie. Il est conseiller en gastronomie française. Lors d’une soirée chez des amis communs, ils sont les deux perdants d’un jeu de société et vont devoir honorer un gage : échanger les clés de leurs appartements et dormir l’un chez l’autre alors qu’ils ne se connaissent pas. Voilà le point de départ, pour le moins original, de cette histoire.

Lire la suite

L’histoire d’Éva

eva2

J’ai été lâche.
Pour éviter de prendre des décisions qui auraient pu s’avérer difficiles, j’ai refusé d’admettre qu’Éva avait un problème. Pourtant qui d’autre que moi, sa grande sœur, aurait pu la sortir de cette situation ?
Nos parents sont morts brutalement il y a longtemps déjà. On a grandi auprès de notre grand-père paternel. Un homme irascible et pingre qui nous a vite fait comprendre l’âpreté de la vie. J’ai toujours veillé sur Éva. J’ai toujours essayé de la préserver des épreuves, et j’y suis toujours parvenue. Jusqu’à ce jour maudit. Ma faiblesse nous a conduites au pire. Je me sens si coupable.

Lire la suite

Des nouvelles de mon odyssée

librairie

Alors voilà, je pense pouvoir vous informer de deux choses qui a priori (je l’espère) ne devraient plus changer :

1/ Mon roman paraîtra en février (date exacte encore inconnue)

2/ Et son titre est… (attention roulement de tambours) : PERSONNE N’A OUBLIÉ

Ce n’est pas celui que j’avais choisi au départ mais j’en suis contente.

PERSONNE N’A OUBLIÉ est un titre qui a été décidé conjointement avec l’éditeur. Il colle bien à l’histoire et il « claque » plus que l’original.

Encore quelques mois avant de voir mon premier roman publié et il est sans doute inutile de vous préciser que j’ai très hâte. Davantage que le contrat que j’ai signé avec l’éditeur, davantage que le coup de fil qu’il m’a passé pour me dire que j’allais être publiée, lorsque je tiendrai mon livre entre les mains, j’aurai enfin vraiment le sentiment d’avoir réalisé un tout petit bout de mon rêve (et ça c’est déjà énorme).

Lire la suite

Le désamour

paris-de-nuit

Je l’ai tellement aimée si vous saviez. J’aimais tout d’elle. Elle pouvait se montrer douce et silencieuse ou rouge de fureur prête à cracher des torrents de haine, j’aimais toutes ses saisons. Nous avons vécu longtemps ensemble. Pendant trente-six ans, nous avons partagé l’exaltation et la tristesse, le printemps et la pluie. Trente-six années c’est une enfance et une adolescence. C’est aussi une vie d’adulte. Ça laisse le temps d’apprendre l’autre, d’appréhender ses qualités et ses petits travers. J’étais si amoureuse que je la voyais toujours sous son meilleur jour même quand ils étaient gris. J’aimais la sentir. J’aimais être avec elle et passer des heures la nuit à arpenter le pavé des rues. Naïvement, je pensais qu’elle n’appartenait qu’à moi, que j’étais la seule à la connaître si parfaitement.

Lire la suite