Repose-toi sur moi de Serge Joncour

 

Repose-toi sur moi de Serge Joncour

Voilà un roman… vachement bien. Oui c’est ce mot-là que j’ai envie d’employer. Le dernier livre de Serge Joncour est vachement bien !

Le sujet, c’est la rencontre entre un homme et une femme que tout oppose. Elle est une styliste parisienne, patronne, mariée et mère de famille, il est un cultivateur reconverti dans le recouvrement de dettes, employé, veuf et sans enfant. Leur seul point commun est d’habiter le même immeuble, chacun d’un côté de la cour. Elle côté riche, lui côté beaucoup moins riche. Ils n’ont rien à faire ensemble et pourtant ils vont se rencontrer et s’aimer.

À première vue, cela pourrait ressembler à une histoire banale, une de ces histoires d’amour vouée à l’impossible et qui naît malgré tout. Pas du tout. Ce n’est pas du tout ça. Repose-toi sur moi est une histoire prenante de bout en bout qu’il faut absolument lire. L’art de Serge Joncour c’est de savoir raconter. Parfois il n’est pas bien vu de dire qu’un écrivain raconte parce qu’un écrivain écrit, mais personnellement, c’est comme cela que j’ai vécu cette lecture : je me suis laissée porter par l’histoire que Serge Joncour m’a racontée.

Dès les premières lignes, j’ai été transportée. J’étais avec Ludovic chez Madame Salama, je voyais et sentais tout ce qui n’était pas dit : l’herbe qui fissure la sente cimentée, les odeurs anciennes d’encaustique du temps déjà un peu lointain où les douleurs n’étaient pas invalidantes, les ressorts du fauteuil au travers du cuir élimé. J’ai vite compris que je n’allais pas être spectatrice de l’histoire mais que j’allais la vivre avec Ludovic, que j’étais probablement déjà tombée amoureuse de lui. Oui Ludovic a une carrure de rugbyman, oui on doit être bien dans ses bras, oui il est un homme qui donne le sentiment qu’il nous protégera de tout, mais surtout, surtout, il a le sens de l’autre. Il devine sans qu’il y ait besoin de dire. Il écoute. Il comprend entre les mots. Il a cette part de féminité qui le rend fragile.

Forcément, quand on aborde l’histoire comme ça, en étant dedans et non dehors, cela entraîne certaines déconvenues. Aurore m’a énervée. Je l’ai jalousée. J’ai trouvé ses peurs stupides. Et puis j’en ai voulu à Ludovic de s’intéresser à une femme comme elle, comme tous les autres, comme toujours, c’est toujours celle qui a la taille bien cintrée dans son manteau de peau, celle qui est belle, celle qui a la classe parisienne, c’est toujours celle qui se lave les cheveux au jojoba qui gagne à la fin.

Pour lui j’aurai voulu une femme de la terre. Une plantureuse Morvandelle qui lui aurait mijoté des soupes de légumes du jardin sans pesticide. Mais ce n’est pas l’histoire. L’histoire c’est Ludovic et Aurore. Alors il a bien fallu s’y faire à cette femme. Il a fallu apprendre à la comprendre pour pouvoir l’accepter. Il a fallu se laisser séduire. Il a fallu, comme elle, en avoir marre de ces enfants qui n’écoutent pas, de ce mari qui ne devine rien, de toute cette pression inutile, pour enfin trouver que finalement, Aurore mérite bien Ludovic.

Amoureuse de l’homme, conquise par la femme, j’ai alors vibré au rythme de cette rencontre entre deux mondes. J’ai eu peur, j’ai ri, j’ai haï et j’ai aimé. Parce que c’est bien de ça dont il est question, d’amour. Et chose rare, l’impasse n’a pas été faite sur l’érotisme. Merci Serge Joncour. Le roman n’aurait sans doute pas été le même sans ces scènes sensuelles. Ce livre-là, je l’ai lu lentement, encore plus lentement que d’habitude (m’empêchant parfois de le lire pour ne pas le consommer trop vite). Je voulais que Ludovic m’accompagne longtemps, aussi longtemps qu’il était possible de faire durer le plaisir.

Retrouvez ici la chronique de Virginie (qui a, je crois, partagé un peu mon émoi) http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2016/09/02/34266906.html

Et ici la chronique de Benoît                      https://alombredunoyer.com/2016/08/18/repose-toi-sur-moi-serge-joncour/

 

2 commentaires sur “Repose-toi sur moi de Serge Joncour

N'hésitez pas à donner votre avis sur ce texte !