La fille du train de Paula Hawkins

fille du train

Je suis tombée par hasard sur ce livre en faisant mes courses au supermarché (oui c’est moins intéressant qu’une librairie mais bon… il n’y a pas que les nourritures intellectuelles). Le bouquin m’a tapé dans l’œil d’abord parce que c’est un premier roman (curiosité de lire les premiers romans des autres), mais aussi parce que la 4e de couverture vantait un thriller exceptionnel, un piège paranoïaque, des droits d’adaptation achetés par Steven Spielberg et j’en passe.

Donc le livre a atterri dans mon caddie et je me suis empressée de le commencer le soir même, oubliant ma P.A.L d’une bonne centaine de livres. Au bout de quelques pages, l’histoire est vite devenue addictive. L’intrigue est bien ficelée. En revanche l’héroïne est hyper-énervante.

La fille du train, c’est comme ce film que vous allez voir au ciné et dont le héros fait tout de travers. On a envie de lui dire « Mais non, fais pas ça », « Allez bouge toi ! ». Évidemment il ne fait pas ce qu’on attend de lui et on reste quand même dans la salle, tendu et stressé. Vous avez déjà vécu ça non ? Et bien là, c’est pareil. Rachel est vraiment crispante. Elle passe son temps à faire des bourdes et à dire « Je suis désolée ». Je ne veux rien révéler de l’histoire pour ne pas gâcher votre lecture. D’ailleurs le poignard sur la photo n’a rien à voir avec l’histoire. Il est là parce qu’il y a un passage où j’ai eu très envie de tuer Rachel, mais je me suis retenue in extremis.

L’histoire en gros : Rachel est une fille qui prend toujours le même train de la banlieue Londonienne. Chaque matin elle passe devant la même maison. Elle finit par connaître de vue les occupants qu’elle voit derrière la vitre. Elle leur donne même des prénoms : Jess et Jason. Mais un jour elle voit Jess dans son jardin avec un autre homme, et quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur à la une des journaux que Jess a mystérieusement disparu…

Alors que je lis très lentement, j’ai lu ce livre très vite. C’est le genre de livre que vous pouvez emporter si vous partez en week-end avec des amis par exemple. Il ne demande pas beaucoup de concentration, il ne pousse pas à la réflexion, il n’y a pas de passages dont la beauté force l’admiration mais il fait passer un bon moment et ça, c’est déjà très bien.

Le film devrait sortir en octobre prochain. À voir si Rachel sera aussi horripilante que dans le livre.

N'hésitez pas à donner votre avis sur ce texte !