Je fais de mon mieux…

3 photos prises lors de dédicaces avec les équipes de France Loisirs

Je fais de mon mieux… mais je n’arrive pas à tout faire. En ce moment je vis ce que vivent beaucoup de gens. Je voudrais que les journées fassent 48 heures pour pouvoir tout caser mais comme ça n’est pas possible, je me couche le soir (et pourtant assez tard) avec une liste de choses que je n’ai pu faire. Ces choses je les reporte au lendemain (je me lève toujours très tôt) et elles viennent s’ajouter aux tâches déjà prévues… bref, vous voyez le tableau. Les listes s’allongent et les journées paraissent de plus en plus courtes. Et parfois la fatigue s’accumule un peu ce qui fait que ma tête se transforme en passoire. Par exemple j’avais oublié mon ordinateur (avec mon 3e roman dedans) à Clermont-Ferrand ! En ce moment je vais aux quatre coins de la France, à la rencontre de mes lecteurs. Je les trouve formidables. Ils ont toujours quelque chose d’intéressant à raconter, ils sont souriants, timides parfois, souvent curieux… Ce sont des moments vraiment chouettes. À Dijon, Jacques et Louisiane avaient tous les deux (chacun de leur côté) fait de nombreux kilomètres pour me venir me voir. Ça m’a touchée.

L’écriture de mon troisième roman avance bien. J’aurai l’occasion de vous en reparler. Personne n’a oublié (mon 1er roman) sort en poche le 13 juin. Je vais très bientôt vous faire découvrir la couverture. Si des blogueurs littéraires lisent ce post et souhaitent recevoir ce roman en SP pour une chronique, n’hésitez pas à m’envoyer un message.

La parution de Colère assassine est prévue pour le mois de septembre (ce roman est actuellement en avant-première chez France Loisirs).

Je n’ai pas eu le temps d’écrire un seul article pour mon blog de tout le mois de mars. Dans ma liste de choses à faire, j’ai aussi prévu la refonte totale du blog et sans doute la création d’un site internet. Mon blog a vieilli. Je trouve qu’il est tout moche maintenant. Il faut que je lui donne un petit coup de jeune. À moi aussi d’ailleurs, un petit coup de jeune ne me ferait pas de mal. J’ai fêté mes 50 ans dernièrement. Au secours, ça passe trop vite !

Une pause dans la valse des dédicaces

J’emmène la cadette en voyage pendant les vacances scolaires. Je vous invite à me rejoindre sur Instagram si vous voulez voir les photos de notre périple (qui devrait être assez riche en aventures). Je n’ai pas été très présente sur le blog ces derniers temps par manque de temps. J’espère être mieux organisée à mon retour mais ce n’est pas gagné. En plus de l’écriture de mon prochain thriller et des épreuves corrigées de Personne n’a oublié, je reprends les dédicaces chez France Loisirs à Dijon, Chartres, Orléans, Perpignan, Bordeaux, Lyon, Clermont-Ferrand et peut-être Strasbourg et Limoges. N’hésitez pas à consulter les dates et horaires sur la page « Me rencontrer ». Il va falloir aussi que je m’occupe de mon blog, il y a plein de bugs partout et rien ne fonctionne correctement.

Finalement, mon roman Colère assassine ne paraîtra en librairie qu’en septembre. C’est le choix de mon éditeur. Et Personne n’a oublié paraîtra en poche le 13 juin. Je vous ferai découvrir la couverture à mon retour. Dans l’intervalle, prenez-bien soin de vous !

Tours vaut toujours le détour !

Désolée de vous imposer des jeux de mots qui manquent cruellement de subtilité !

Samedi dernier, c’est avec grand plaisir que j’ai repris la route pour aller à la rencontre de mes lecteurs. La boutique France Loisirs de Tours ouvrait la marche d’une « tournée » qui va me mener à Blois, Rouen, Paris, Évry, Dijon, Perpignan, Lyon, Bordeaux et sans doute dans d’autres villes pour lesquelles les dates n’ont pas encore été fixées.

Lire la suite

Bonne année !

Il paraît qu’on peut souhaiter ses vœux jusqu’à la fin du mois de janvier. Heureusement parce que je suis très en retard sur le blog. Je vous souhaite à tous une très belle année 2019, qu’elle vous apporte la santé avant toute autre chose, mais aussi la joie et le bonheur.

J’ai de moins en moins de temps pour écrire des articles, c’est pourquoi, pour ceux qui le souhaitent, je vous invite à me suivre également sur les réseaux sociaux en particulier Facebook et Instagram où je suis davantage présente (liens sur la page d’accueil de mon site).

Cette année devrait être pour moi une année riche en déplacements. Je vais faire de nombreuses dédicaces. Chez France Loisirs le premier semestre puisque mon roman Colère assassine y est en exclusivité (je commence à avoir des retours de lecture, et pour l’instant, ils sont très positifs !), le second semestre, je dédicacerai dans les salons littéraires. Sans compter le voyage que je prévois le mois prochain avec ma fille cadette.

J’espère aussi terminer l’écriture de mon troisième thriller et trouver un éditeur pour ma comédie romantique.

Cette année sera aussi celle de mes 50 ans ! C’est terrible, le temps passe trop vite (ça y est, je parle comme une vieille). Dans ma tête j’ai toujours vingt ans. Enfin peut-être pas, mais disons trente… en revanche mon corps en a bien cinquante.

Bref, si rien ne vient gripper la machine, l’année 2019 s’annonce passionnante.

Merci à vous tous d’être abonnés à ce blog et de me suivre sur les réseaux. Prenez-bien soin de vous. Peut-être vais-je avoir la chance et le plaisir de rencontrer certains d’entre vous cette année !

Je vous présente mon deuxième roman

Tadaaaa !

Il paraît en avant-première fin décembre chez France Loisirs !

Je suis vraiment très heureuse de cette nouvelle collaboration avec le club. Je garde de très bons souvenirs de mes dédicaces en boutique. Voici donc la couverture qu’ils m’ont concoctée. N’est-elle pas alléchante ?

Et spécialement pour vous, abonnés de mon blog, voici la quatrième de couverture (je n’ai pas encore communiqué sur le sujet de mon roman ailleurs).

Sur le point de quitter sa salle de sport, tard le soir, Léa, parisienne de 33 ans, entend l’appel au secours d’une femme, enfermée dans les toilettes du sous-sol. Léa cherche une solution, mais la prisonnière s’impatiente, jusqu’à en devenir odieuse. Et s’il y a bien une chose que cette jeune graphiste ne supporte pas, ce sont les incivilités du quotidien. Sous le coup de la colère, Léa part sans se retourner. Le lendemain, la femme est retrouvée morte…

Léa se retrouve au cœur d’une machination diabolique mais c’est sans compter sur Rodolphe, policier chargé de l’enquête, qui, entre un petit garçon mutique et une ex-conquête rancunière, a fort à faire dans sa vie privée.

Voilà. Colère assassine paraîtra ensuite au mois de juin en librairie aux éditions De Borée (avec une autre couverture puisque celle-ci est celle réalisée spécialement pour les lecteurs France Loisirs).

Une nouvelle aventure commence… je suis aux anges.

 

Bouli, mon chat exceptionnel

Suite à mon post de la semaine dernière, voici comme promis une vidéo de Bouli. Vous allez voir ce qu’il arrive à faire ! C’est la première fois que je mets une vidéo sur mon blog alors si ça ne fonctionne pas, je vous invite à voir cette vidéo sur ma page FB, ici !

L’histoire (vraie) de Bouli

J’ai envie de vous parler de Bouli. J’ai déjà eu l’occasion de parler un peu de lui sur Instagram mais pas ici…

Alors voilà…
Un jour, ce chat noir et blanc (qui ne s’appelle pas encore Bouli), se pointe à la fenêtre de notre salle de bains. Cela n’a rien d’exceptionnel. Dans ma ville il y a beaucoup de chats qui traînent. Mes voisins en ont d’ailleurs adopté plusieurs (dont un qui louche et un qui n’a que trois pattes). Lorsque ce matou arrive, il n’est pas vraiment le bienvenu car nous cohabitons déjà avec deux chiens et une chatte (Fantine, qui est une véritable peste). Sans pour autant le chasser, nous nous abstenons de lui donner à manger et de lier connaissance de quelque façon que ce soit avec lui. Il est plutôt sauvage et ne cherche pas à rentrer dans la maison. Il se contente d’attendre que nous nous décidions à lui donner quelque chose. Fantine lui crache à la figure régulièrement, mais cela n’a pas l’air de le gêner. Il attend sur notre bord de fenêtre, ou sur un mur tout proche, pendant des heures qui se transforment en jours puis en semaines… Parfois, il s’absente, mais il finit toujours par revenir. Il me fait de la peine. Je le trouve maigre et esseulé, mais mon mari reste campé sur sa position. « Non, ça suffit ! On a déjà trop d’animaux ! »
L’hiver arrive. Il fait froid. Il pleut. Un soir, je craque et je lui donne des croquettes. À partir de ce moment-là, il ne quitte plus notre fenêtre. Mais il ne s’aventure jamais dans la maison. Il est même assez difficile de le toucher. Je me dis qu’après tout, ce chat peut être le nôtre sans l’être, qu’on peut le nourrir sans vraiment l’adopter (ce qui est assez stupide, je l’admets). Et puis, mon mari n’a pas tout à fait tort. Deux chiens et un chat c’est déjà beaucoup de boulot. C’est un engagement sur le long terme car nous ne sommes pas de ceux qui déposent leur animal en lisière de forêt dès que ça devient trop compliqué. Lire la suite

Ma bulle de savon

J’ai écrit une comédie romantique, et j’ai trouvé cet exercice très différent (mes deux précédents romans – le deuxième paraît bientôt – sont des thrillers). C’était très amusant d’écrire cette comédie. À chaque fois que je me mettais derrière mon écran d’ordinateur, je me sentais comme dans une petite bulle de savon. Attention, je ne dis pas qu’écrire une comédie est plus simple que le reste ! D’ailleurs, je ne sais pas ce que vaut ce texte. Être drôle, c’est très difficile. C’est avec un extrait de ce roman que j’ai participé au troisième Mazarine Book Day en mars dernier (pour ceux qui veulent savoir de quoi il retourne, l’article est ici) et je ne suis pas lauréate (j’ignore si le/la lauréat(e) a été proclamé(e), je n’ai pas trouvé d’info à ce sujet). Bref… tout ça pour dire que je viens de mettre le point final à cette comédie et que je pars en quête d’un éditeur. Je sens que ça ne va encore pas être simple, mais essayer ne coûte rien (sauf de l’huile de coude). À suivre donc…

Trois bonnes raisons de lire le dernier roman d’Olivier Liron.

  1. C’est à la fois drôle, émouvant et original.
  2. C’est un roman idéal pour passer un bon moment. Il peut se lire d’une traite.
  3. C’est le seul livre où vous pourrez lire (s’agissant de Julien Lepers) : Julien tel un sanglier en rut qui se débattrait avec une femme de petite vertu à la pilosité rousse…

4e de couverture :

« Je suis autiste Asperger. Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. Je vais vous raconter une histoire. Cette histoire est la mienne. J’ai joué au jeu télévisé Questions pour un champion et cela a été très important pour moi. »

Nous voici donc en 2012 sur le plateau de France 3 avec notre candidat préféré, Olivier Liron lui-même, fort occuper à gagner ; tout autant à nous expliquer ce qui lui est arrivé.
En réunissant ici les ingrédients de la confession et ceux du thriller, il manifeste une nouvelle fois avec l’humour qui est sa marque de fabrique, sa très subtile connaissance des émotions humaines.

Einstein, le sexe et moi d’Olivier Liron /Alma Éditeur /193 pages, 18 euros

Retrouvez ici, la critique d’une (vraie) blogueuse littéraire (pas comme moi).

L’aventure continue !

Le contrat d’édition pour mon deuxième roman est signé ! Il paraîtra mi 2019 aux éditions De Borée. J’ai aussi signé un contrat pour mon premier roman « Personne n’a oublié », qui va sortir en poche (chez le même éditeur et à la même période).

Mes romans ne vont pas paraître tout de suite, alors j’aurai bien le temps de vous en reparler. Pour l’instant, j’ai juste envie de vous confier que je suis très contente que mon aventure se poursuive. J’ai bien cru à un moment donné que malgré toutes les histoires que j’ai encore à écrire et toute mon inspiration qui déborde, j’allais rester l’auteur d’un seul et unique roman. Les difficultés et les désillusions se sont multipliées. Ces deux contrats viennent donc récompenser un travail acharné. Lire la suite

L’éternelle valse de la rentrée…

En cherchant une feuille de brouillon pour faire une liste de courses, je suis tombée par hasard sur ce dessin. Il n’a rien d’exceptionnel. C’est juste un dessin d’enfant comme il en existe dans tous les foyers où il y a des mômes. Pourtant, il m’a émue. Il y a de fortes chances que ce dessin me représente tenant la main de l’une de mes filles. Peut-être même que c’était un jour de rentrée scolaire. Et j’ai pensé que c’était la semaine prochaine.

Mes filles sont grandes maintenant. Je ne connaîtrai plus ces instants où leurs petites pognes fermement coincées dans les miennes, nous marchions vers l’école le cœur battant à l’assaut de cette nouvelle année qui commençait. Il n’y aura plus de paroles rassurantes à Lire la suite

Un bel été à tous !

Je n’ai pas été beaucoup présente ces derniers temps sur mon blog, ni sur les réseaux (à part peut-être Instagram qui est plus facile à alimenter). J’ai été très occupée. D’abord un énorme travail d’écriture dont j’aurai l’occasion de vous reparler à la rentrée, et il a fallu que je m’occupe de mes parents qui, hélas, ne rajeunissent pas. Je n’ai pas encore fini d’élever mes enfants, donc comme vous pouvez vous imaginer, cela fait beaucoup d’activités.

Je reviens de dix jours dans le Morvan (ceux qui me suivent de près savent que c’est pour moi un endroit très cher, et que c’est pour cette raison que mon premier roman s’y déroule). J’ai pu m’y reposer, lire, profiter de mes amis Morvandiaux et des paysages sublimes (un aperçu de ce que ça donne avec mes modestes photos en haut de l’article).

Je vais poursuivre l’été en Provence pour prendre soin des miens.

Je vous donne rendez-vous sur ce blog fin août pour vous faire partager tous mes projets et sans doute quelques bonnes nouvelles. Si vous le souhaitez, vous pouvez me rejoindre sur Facebook ou Instagram où je vais essayer d’être davantage présente ces trois prochaines semaines.

Je souhaite à tous un très beau mois d’août et des vacances formidables pour ceux qui en ont. Merci de me lire !

Une critique en demi-teinte

Depuis la parution de mon premier roman en février 2017, j’ai eu la chance d’avoir de nombreuses bonnes critiques de blogueurs (des blogueuses pour la plupart). J’en ai été très contente car c’était de vraies chroniques et non des copines qui pondaient un article pour me faire plaisir, ni la conséquence de petits arrangements entre amies comme il arrive que ce soit le cas.

Une seule chronique a été plutôt mauvaise. Cela ne me pose pas de problème. Chacun a le droit de ne pas aimer ce que j’écris et de le dire. Parfois même il peut arriver que les critiques négatives me fassent progresser. Après avoir hésité un petit moment, j’avais choisi de ne pas la mettre en avant sur mon blog car tout ce que je mets sur mon blog, je le partage sur les réseaux sociaux, et que bon… le but des réseaux sociaux pour un auteur (mais je crois que c’est valable pour tous ceux qui ont quelque chose à vendre) c’est tout de même de provoquer l’envie chez de potentiels lecteurs de nous lire. Certains auteurs sont très doués pour cela. Pour ma part, on va dire que je m’améliore mais que j’ai encore une grosse marge de progression. Bref… Donner de la visibilité à cette mauvaise critique, c’était tout de même un peu comme me tirer une balle dans le pied.

Aujourd’hui, je partage avec vous une chronique en demi-teinte. Il y a du bon et du moins bon. Globalement, la note de Personne n’a oublié est de 7/10. C’est tout de même correct et la critique est bienveillante. Et puis Mademoiselle lit, c’est un gros blog. Tout le monde n’a pas la chance d’y être lu, c’est pourquoi je remercie Maïté pour cet article ! (en plus, elle fait toujours de belles photos des livres sur son compte Instagram. La photo qui illustre ce post est la sienne).

Pour retrouver la chronique de Mademoiselle lit, c’est ici !

Une belle critique (juste le jour de la fête des Mères !)


Merci au blog Les lectures d’Angélique pour sa belle critique de « Personne n’a oublié » et pour sa bonne note de 4,5/5. Je ne sais si c’est fait exprès mais une note pareille juste le jour de la fête des Mères alors que mon roman parle d’amour filial… ça tombe à point nommé.

Pour lire la critique d’Angélique, c’est ici !

Ce n’est qu’un au revoir…

Cette fois, c’est fini.

Samedi dernier, à Saint-Malo, c’était ma dernière dédicace. Enfin je veux dire que c’était ma dernière dédicace avant que ne soit publié mon deuxième roman, et comme il n’est pas prévu qu’il le soit tout de suite, il va falloir que je patiente avant de « retourner sur le terrain », si je puis m’exprimer ainsi.

Je n’ai pas à me plaindre, « Personne n’a oublié » m’a bien fait voyager. 21 dédicaces dans 20 villes différentes, ce n’est pas rien ! Grâce à mon livre j’ai voyagé en Normandie, en Bretagne, en Bourgogne Franche-Comté, dans les Hauts-de-France, dans le Centre Val-de-Loire, en Nouvelle Aquitaine, et en région parisienne. Si l’on m’avait dit lorsque je l’écrivais que je serais amenée à faire tout cela, je ne l’aurais sans doute pas cru. Peut-être qu’un jour je voyagerais à l’étranger parce que mes livres seront traduits. Rêver et y croire, ne fait de mal à personne. Lire la suite

Hier, je suis allée chez le coiffeur…

Là n’est pas le sujet. Tout le monde se fiche royalement de ce que je fais de mes cheveux (et c’est tant mieux) mais je suis obligée de vous dire cela pour vous raconter ce qui va suivre. Ces derniers temps, je me suis beaucoup vue en photo et en vidéo, et je vous avoue que je ne suis pas habituée à me voir autant. Je suis une personne capable de me promener dans la rue avec un grand trait de stylo sur le front parce que j’ai oublié de jeter un œil au miroir avant de sortir, c’est vous dire si je suis amoureuse de mon reflet ! Toutes ces visions de moi-même m’ont amenée à certains constats sans appel sur mon physique (mais qu’on ne s’y trompe pas, malgré mes nombreux défauts, je n’ai aucun complexe et je suis très bien dans ma peau). Un de ces constats était le suivant : mes cheveux ressemblent à des asperges sucées. Pour ceux qui n’ont jamais sucé d’asperges cela veut dire qu’ils sont filasse, fins, abîmés, plats… bref, affreux ! C’est tout naturellement que je me suis rendue chez le coiffeur pour me débarrasser vite fait bien fait de ces plantes potagères qui n’avaient rien à faire sur ma tête.

Lire la suite

De retour de Tours

Samedi dernier, j’étais à Tours pour dédicacer mon roman chez France Loisirs (pour info, il est en exclusivité chez eux, vous ne pouvez donc le trouver ailleurs pour l’instant). Vous allez dire que je me rabâche mais force est de constater que l’expérience se répète. J’ai de nouveau rencontré une équipe au top !

Sylvie, Nathalie et Vanessa m’ont accueillie le sourire aux lèvres. Elles avaient préparé une chouette décoration, avaient installé des coussins et Sylvie avait même confectionné de délicieuses madeleines marbrées (je me demande si je ne vais pas finir par me traîner une réputation de gourmande !) J’ai pu discuter longuement avec plusieurs lecteurs, il faisait beau dehors et dans la boutique, l’ambiance était vraiment chouette et rien n’est venu entacher ce moment (même pas le fait de renverser ma bouteille d’eau sur la table, bousillant au passage un livre, la nappe et j’en passe…) Lire la suite

Un instant printanier

Hier, en marge d’un salon littéraire, j’ai retrouvé Patrick Poivre d’Arvor rencontré vingt ans plus tôt (si vous voulez savoir dans quelles circonstances, c’est ici). Sous un soleil timide, nous avons pu échanger autour de nos projets respectifs. Il est toujours cet homme tourné vers l’autre à l’écoute délicate. Ce moment passé en sa compagnie renforce encore le bon souvenir que je gardais de lui.

Il sera au Casino de Paris à partir du 17 avril prochain dans « Patrick et ses fantômes » . Un spectacle plein de fantaisie qui rassemble théâtre et musique classique avec un orchestre live de 25 musiciens !

Pour réserver : 08 926 98 926. Courez-y !

Le neuvième Salon du livre de La Saussaye (mais le premier pour moi)

Dimanche dernier, la journée a commencé au tout petit matin alors qu’il faisait encore nuit. Lever à 6 heures (c’était la nuit du changement d’heure, donc inutile de vous dire que le réveil piquait un peu), puis ravalement de façade rapide, avant de passer prendre mon amie Sophie Noël (auteure toujours par monts et par vaux).
Lorsque je me suis garée devant chez elle, après environ 30 minutes de trajet (je roule toujours lentement parce qu’en réalité 20 minutes suffisent), je n’avais pas encore les yeux complètement en face des trous. On a chargé la voiture (on trimballe toujours tout un tas de trucs quand on fait les salons) et après avoir eu beaucoup de mal à mettre Waze sur la bonne route (Sophie n’avait pas non plus les yeux en face des lunettes), c’était parti pour 150 kilomètres. Le trajet s’est bien passé et après une pause essence-pipi-kit-kat et un loupage de sortie, on est arrivées à La Saussaye, petite commune de Normandie mais grand Salon du livre, juste à l’heure, en même temps que les auteurs parisiens, arrivés en bus.

Lire la suite

La semaine dernière, j’ai participé au 3e Mazarine Book Day…

Pour ceux qui ne le savent pas, le Mazarine Book Day, est un évènement organisé par les Éditions Mazarine afin que des auteurs puissent rencontrer des éditeurs. J’y suis allée pour présenter mon troisième roman (qui est une comédie !) J’entends déjà ceux qui me suivent de près « Comment ça le troisième ? », « Mais où est passé le deuxième ? » Patience, vous le saurez bientôt.

Lors du Magazine Book Day, chaque auteur doit présenter son roman devant un jury composé de trois personnes (éditeur, blogueur littéraire et libraire). L’auteur a cinq minutes pour convaincre. Il doit aussi remettre dix pages de son manuscrit (pas nécessairement les dix premières pages mais celles dont il pense qu’elles reflètent le mieux son style).

Lire la suite